L’alimentation avec la respiration est une des premières sources d’énergie de l’organisme. Bien choisie, elle contribue à préserver et améliorer notre santé et le cas échéant soigner la maladie. De ce fait, la diététique chinoise s’inscrit dans la démarche préventive et curative (diétothérapie) de la MTC. A l’inverse, elle est la source de nombreuses maladies et s’avère être l’une des premières causes de déséquilibre.

 

Tout comme la pharmacopée, la diététique chinoise identifie les aliments suivant les critères de saveurs, nature et tropisme et nombreux sont ceux utilisés à des fins thérapeutiques comme par exemple l’ail, le gingembre, la menthe, la cannelle, le riz … Prenons l’exemple du riz  de nature neutre, de saveur douce et de tropisme à la Rate et l’Estomac. Il tonifie la Rate, harmonise l’Estomac, arrête les diarrhées. Il aurait également des vertus hypotensives et favoriseraient l’élimination de l’urée. Vu sous cet angle, aliments et médicaments se confondent. Dans l’histoire de la Chine, beaucoup d’exemples illustrent le lien qui unit la médecine et l’alimentation. Le proverbe chinois citant : « La médecine et les aliments proviennent de la même source » fait fortement écho à l’adage d’Hippocrate : « Que l’aliment soit ton premier médicament ! ». Selon la théorie du Yin et du Yang, l’aliment est considéré comme une entité d’énergie produite par la nature, avec ses qualités nutritives Yin ou Yang, son influence sur les mouvements de l’énergie vitale de l’organisme, ses caractères saisonniers et ses modes de cuisson.

 

La diététique chinoise considère qu’il est important de :

 - manger des produits locaux de qualité, frais et bio de préférence

 - consommer des produits de saison (dont la nature est adaptée au climat)

 - équilibrer les repas selon l’adage : « il faut manger le matin comme un prince, à midi  comme un marchand, et le soir comme un mendiant »

 En fonction du terrain de chacun, des conseils spécifiques peuvent être apportés pour favoriser les fonctions physiologiques défectueuses, en cas de surpoids, d’amaigrissement, ou de troubles du système digestif.